24 janvier 2013

Ravissement

Sur le Flash Festival du 34eme CINEMED le quotidien d’information édité par le Festival International du Cinéma Méditerranéen de Montpellier distribué exclusivement sur les lieux du festival il y a un article sur TOM LE CANCRE où Manuel Pradal répond à quelques questions sur son film.

Tom le cancre, un ravissement pour petits et grands

À propos du mot "ravissement".
La définition (wiki) de ce nom commun retient plusieurs sens. Celui auquel on pense en premier est celui - positif - qui se réfère à un état de l'âme transportée avec joie. Il a été sûrement utilisé dans ce sens. Cependant à la question "Comment réussissez-vous un film qui enchantera autant les enfants que les parents ?" Manuel Pradal répond : "J’avais l’idée d’un conte original qui rassemblerait plusieurs idées de contes où les enfants auraient leurs repères et où les parents retrouveraient leur burlesque. Mais derrière la fable, il y a aussi une morale qui serait le rejet de la différence."

Est-ce une erreur ? Nous avons bien lu "une morale qui serait le rejet de la différence" ? Cette "morale" serait-elle celle de prôner le rejet de l'originalité, de ne pas accepter que des individus choisissent de vivre en marge de notre société, de vouloir en fait imposer des normes ?

Le mot "ravissement" prend alors un autre sens, celui - violent - de l'enlèvement. Et de fait derrière la "fable" TOM LE CANCRE mon enfant m'est enlevée, l'actrice la plus jeune de ce film (Zoé / Poussière), et ce justifié par le juge aux affaires familiales pour "conceptions opposées des parents sur la vie et sur l’éducation de leur enfant". Quelle était notre différence ? Celle de vivre sobrement ? Le fait que les après-midi d'école je l'amenais au potager, à l'école buissonnière en ma compagnie ? Ou encore que je sois le seul à m'opposer à l'utilisation de l'image d'un enfant du film, leur travail lors de la réalisation de ce film étant illégal ?

Je ne sais pas ce qu'avait derrière la tête Manuel Pradal en affirmant cela, si tant est que ses propos n'aient pas été déformés.

Il y a encore un autre sens au mot "ravissement" qui est le fait d'être privé de la maîtrise de ses activités conscientes, notamment dans le cadre d'une démarche mystique. TOM LE CANCRE a été projeté au CINEMED le 31 octobre, jour d'Holloween ou Samain. Je ne suis pas allé à cette projection, on venait de m'enlever le quotidien avec mon enfant ainsi que l'autorité parentale ; c'est comme si le père que j'étais avait été puni de mort alors que je suis un père exemplaire! Il reste l'homme révolté.

Compte tenu de l'impunité dans laquelle cette entreprise évolue, le cinéma ayant l'auréole du prestige, je me demande sincèrement s'il n'y a pas effectivement de la sorcellerie, de la magie, et pas seulement celle de Lanterna Magica (l'association que préside Manuel Pradal qui présente le travail des enfants comme un atelier, sur le papier) pour que certains ne prennent pas conscience de l'influence d'un tel média dans notre culture, et qu'ils en parlent à l'envers, en affirmant l'inverse de la réalité, participant à une mentalité qui impose l'injustice au nom de la justice, la guerre au nom de la paix, le totalitarisme marchand au nom de la démocratie, etc. etc. Je ressens cela comme une grave profanation, et le dénonce comme perversion de la nature humaine.